Nous fabriquons vos supports de communications
 (+33) 02 99 38 10 47

Drapeaux protocole

Tout autant que les drapeaux en eux-même, tout bon citoyen se doit de respecter le protocole qui les entoure. La plupart des règles générales sont établies au niveau international mais certains pays ont des usages particuliers que leur a imposé leur histoire, leurs coutumes....

 

Drapeau pour la visite d'un représentant étranger au Canada

Quelques règles bien établies permettent d'uniformiser à travers le pays les modes de présentation des drapeaux, tout en ayant toujours en tête de préserver une certaine sobriété afin de conserver toute la symbolique de l'emblème lui-même.

Ainsi, lorsqu'un ministre ou un chef d'état étranger visite le Québec, on hisse l'étendard de son pays en signe de courtoisie. Selon le rang du visiteur, le pavoisement se fera sur un monument ou sur un autre.

Le protocole en vigueur

En général, le Protocole prête les drapeaux et les hampes nécessaires aux événements organisés par le gouvernement et c'est aussi au Protocole que toute unité administrative fait une demande si elle souhaite pavoiser aux couleurs d'un pays étranger (même si elle possède l'étendard étranger en question, elle doit le consulter pour s'assurer de la pertinence de ce pavoisement et en faire enregistrer l'historique).

 

Drapeaux et leur mise en place

Toute manipulation doit se faire avec respect de façon à ce que le tissu ne touche jamais le sol, ne puisse être sali ou déchiré. Lorsque les drapeaux sont usés, on ne les jette pas, on les brûle. Dans un même lieu, ne pourront être placés deux étendards d'un même état de tailles différentes et on ne place jamais deux emblèmes sur un même mât ou sur une même hampe afin de ne pas induire la soumission ou l'infériorité de l'un par rapport à l'autre.

Plusieurs drapeaux en pavoisement

Dans le cas de pavoisement de plusieurs drapeaux simultanément, tous les mâts doivent être identiques, les étendards sensiblement de la même taille, la préséance étant habituellement basée sur l'ordre alphabétique des Etats en présence : cette préséance ne signifie pas un ordre d'importance puisque tous les Etats sont considérés comme égaux.

La disposition des drapeaux

Cette disposition dépend aussi du nombre et du type de drapeaux : s'il y en a trois, on place au centre celui ayant préséance, le suivant à gauche (pour l'observateur) et le dernier sur la droite. Le pavoisement, loin d'être une décoration ou un élément d'aménagement doit toujours être considéré comme une opération à caractère symbolique. Une fois en place, le pavoisement ne doit pas être modifié en cours de cérémonie.

 

Les usages des drapeaux en France

Le fait de mettre les drapeaux en berne est la manifestation officielle d'un deuil collectif, comme pour certaines commémoration ou le décès de personnalités. Matériellement, il s'agit de les descendre à mi-mât pour une durée déterminée. Si cette mise en berne, ne peut techniquement être effectuée (étendard fixe, hampe intérieure...), une cravate, c'est-à-dire un ruban noir, est nouée en haut des mâts.

La remise des drapeaux militaires

Le détachement militaire présent est mis au "garde à vous" puis au "présentez armes". Le responsable de la cérémonie commande alors "ouvrez le ban" et la sonnerie réglementaire est exécutée. Les drapeaux sont remis ensuite au Président général des médaillés ou son représentant en prononçant cette phrase : "Section...nous vous les confions. Il est le symbole de la Patrie, vous les porterez et les conserverez dans l'honneur et la dignité".

Ensuite, le chef de détachement commande "fermez le ban", la sonnerie réglementaire est jouée, le détachement militaire est mis au repos après avoir reposé les armes.

 

Les porte-drapeaux

Il existe de nombreux us et coutumes concernant ces derniers mais certaines règles de bienséance sont respectées de tous afin que les responsables du port des drapeaux soient admirés et respectés.

La description d'un porte-drapeau

Sa tenue vestimentaire se doit d'être irréprochable, comportant généralement un pantalon gris, un blazer bleu et des gants blancs. Sur la veste, les décorations officielles pendent à gauche alors que les décorations d'association sont portées à droite. Comme un fusil, de la main droite, il doit tenir la hampe des drapeaux.

Les défilés et cérémonies

Lors des défilés officiels, ils sont placés en rang, selon une hiérarchie liée à l'emblème porté : ordres nationaux, croix de guerre, amicales et pour finir, les autres associations.

Lors des cérémonies religieuses, les étendards forment une haie à l'entrée, puis suivent les autorités et saluent l'autel. S'il s'agit d'obsèques, ils suivent le cercueil le saluent et se placent de part et d'autre du défunt avec leurs drapeaux.

Plus que des drapeaux

Quelles que soient les circonstances, ces étendards sont les symboles d'une nation, d'un peuple ou d'une appartenance. Toujours en bon état, flottant au vent avec simplicité et fierté, ils doivent inciter au respect et au recueillement, tel est le rôle des drapeaux.

Parasols personnalisésxx

CARACTERISTIQUES PRODUITS

Tout autant que les drapeaux en eux-même, tout bon citoyen se doit de respecter le protocole qui les entoure. La plupart des règles générales sont établies au niveau international mais certains pays ont des usages particuliers que leur a imposé leur histoire, leurs coutumes....

 

Drapeau pour la visite d'un représentant étranger au Canada

Quelques règles bien établies permettent d'uniformiser à travers le pays les modes de présentation des drapeaux, tout en ayant toujours en tête de préserver une certaine sobriété afin de conserver toute la symbolique de l'emblème lui-même.

Ainsi, lorsqu'un ministre ou un chef d'état étranger visite le Québec, on hisse l'étendard de son pays en signe de courtoisie. Selon le rang du visiteur, le pavoisement se fera sur un monument ou sur un autre.

Le protocole en vigueur

En général, le Protocole prête les drapeaux et les hampes nécessaires aux événements organisés par le gouvernement et c'est aussi au Protocole que toute unité administrative fait une demande si elle souhaite pavoiser aux couleurs d'un pays étranger (même si elle possède l'étendard étranger en question, elle doit le consulter pour s'assurer de la pertinence de ce pavoisement et en faire enregistrer l'historique).

 

Drapeaux et leur mise en place

Toute manipulation doit se faire avec respect de façon à ce que le tissu ne touche jamais le sol, ne puisse être sali ou déchiré. Lorsque les drapeaux sont usés, on ne les jette pas, on les brûle. Dans un même lieu, ne pourront être placés deux étendards d'un même état de tailles différentes et on ne place jamais deux emblèmes sur un même mât ou sur une même hampe afin de ne pas induire la soumission ou l'infériorité de l'un par rapport à l'autre.

Plusieurs drapeaux en pavoisement

Dans le cas de pavoisement de plusieurs drapeaux simultanément, tous les mâts doivent être identiques, les étendards sensiblement de la même taille, la préséance étant habituellement basée sur l'ordre alphabétique des Etats en présence : cette préséance ne signifie pas un ordre d'importance puisque tous les Etats sont considérés comme égaux.

La disposition des drapeaux

Cette disposition dépend aussi du nombre et du type de drapeaux : s'il y en a trois, on place au centre celui ayant préséance, le suivant à gauche (pour l'observateur) et le dernier sur la droite. Le pavoisement, loin d'être une décoration ou un élément d'aménagement doit toujours être considéré comme une opération à caractère symbolique. Une fois en place, le pavoisement ne doit pas être modifié en cours de cérémonie.

 

Les usages des drapeaux en France

Le fait de mettre les drapeaux en berne est la manifestation officielle d'un deuil collectif, comme pour certaines commémoration ou le décès de personnalités. Matériellement, il s'agit de les descendre à mi-mât pour une durée déterminée. Si cette mise en berne, ne peut techniquement être effectuée (étendard fixe, hampe intérieure...), une cravate, c'est-à-dire un ruban noir, est nouée en haut des mâts.

La remise des drapeaux militaires

Le détachement militaire présent est mis au "garde à vous" puis au "présentez armes". Le responsable de la cérémonie commande alors "ouvrez le ban" et la sonnerie réglementaire est exécutée. Les drapeaux sont remis ensuite au Président général des médaillés ou son représentant en prononçant cette phrase : "Section...nous vous les confions. Il est le symbole de la Patrie, vous les porterez et les conserverez dans l'honneur et la dignité".

Ensuite, le chef de détachement commande "fermez le ban", la sonnerie réglementaire est jouée, le détachement militaire est mis au repos après avoir reposé les armes.

 

Les porte-drapeaux

Il existe de nombreux us et coutumes concernant ces derniers mais certaines règles de bienséance sont respectées de tous afin que les responsables du port des drapeaux soient admirés et respectés.

La description d'un porte-drapeau

Sa tenue vestimentaire se doit d'être irréprochable, comportant généralement un pantalon gris, un blazer bleu et des gants blancs. Sur la veste, les décorations officielles pendent à gauche alors que les décorations d'association sont portées à droite. Comme un fusil, de la main droite, il doit tenir la hampe des drapeaux.

Les défilés et cérémonies

Lors des défilés officiels, ils sont placés en rang, selon une hiérarchie liée à l'emblème porté : ordres nationaux, croix de guerre, amicales et pour finir, les autres associations.

Lors des cérémonies religieuses, les étendards forment une haie à l'entrée, puis suivent les autorités et saluent l'autel. S'il s'agit d'obsèques, ils suivent le cercueil le saluent et se placent de part et d'autre du défunt avec leurs drapeaux.

Plus que des drapeaux

Quelles que soient les circonstances, ces étendards sont les symboles d'une nation, d'un peuple ou d'une appartenance. Toujours en bon état, flottant au vent avec simplicité et fierté, ils doivent inciter au respect et au recueillement, tel est le rôle des drapeaux.